DIRECT. Guerre en Ukraine : l'évacuation de Marioupol interrompue, Odessa bientôt bombardée

"DIRECT. Guerre en Ukraine : l'évacuation de Marioupol interrompue, Odessa bientôt bombardée"

DIRECT. Guerre en Ukraine : l'évacuation de Marioupol interrompue, Odessa bientôt bombardée GUERRE UKRAINE. Quelques heures seulement après l'instauration d'un nouveau cessez-le-feu à Marioupol, au sud-est de l'Ukraine, l'évacuation des civils a été interrompue. La Russie continue de pilonner les villes de Kiev et Kharkiv et prévoit de bombarder la ville d'Odessa, au sud-ouest, selon le président ukrainien. Suivez les infos en direct.

En direct

17:59 - La situation à Marioupol après l'interruption de l'évacuation des civils

Après une première évacuation annulée samedi 5 mars, la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, a tenté une nouvelle évacuation des civils, ce dimanche, au onzième jour de l’invasion russe. Mais, selon les autorités militaires ukrainiennes, cette nouvelle tentative a également échoué. Les séparatistes prorusses et la garde nationale ukrainienne s’accusent mutuellement d’avoir échoué à établir un corridor humanitaire.

17:48 - Plus de 360 civils tués depuis le début de l'invasion russe

Plus de 360 civils ont été tués en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février dernier, a déclaré dimanche le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme dans un communiqué. Jusqu'à présent, 1 123 civils ont été blessés, dont 364 tués, a-t-il indiqué, tout en reconnaissant que les chiffres réels sont probablement "considérablement plus élevés."

17:33 - Un oléoduc endommagé par un tir russe près de Marioupol

La Russie a endommagé l'oléoduc Donetsk-Marioupol situé au sud du pays, laissant plus de 700 000 personnes sans chauffage alors que les températures sont négatives en Ukraine, a indiqué Inna Sovsun, membre du Parlement ukrainien, sur Twitter dimanche. "Près d'un million de personnes vont être confrontées à une catastrophe humanitaire et risquent de mourir de froid", a-t-elle déploré.

17:19 - Vladimir Poutine rejette la faute sur les "nationalistes ukrainiens" à Marioupol

Lors de son entretien avec Emmanuel Macron, ce dimanche, Vladimir Poutine "a attiré l’attention sur le fait que Kiev continue de ne pas respecter les accords trouvés sur ces questions humanitaires", ajoutant que "les nationalistes ukrainiens ont empêché l’évacuation" samedi de Marioupol et de Volnovakha, deux villes au sud de l'Ukraine, a rapporté le Kremlin. Il a également assuré qu’il atteindrait ses objectifs "soit par la négociation, soit par la guerre", a rapporté dimanche l’Elysée. Vladimir Poutine a "nié que son armée prenne des civils pour cibles", conformément au droit international.

17:07 - Des explosions entendues sur la route du couloir humanitaire à Marioupol

Alors que la deuxième tentative d’évacuation de la ville portuaire de Marioupol a été "interrompue" ce dimanche en début d’après-midi, une habitante de la ville a indiqué à la BBC avoir "entendu des explosions" puis vu de "la fumée s'élever de la ville et de la route vers Zaporijia, où les personnes étaient censées s'échapper".

16:52 - L'aéroport de la ville de Vinnytsia complètement détruit

Des frappes russes ont détruit ce dimanche l'aéroport de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev, a annoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

16:39 - Emmanuel Macron a appelé Vladimir Poutine ce dimanche

Le président français a échangé pendant une heure et quarante-cinq minutes avec son homologue russe, a déclaré dimanche la présidence française. "L’appel était à l’initiative" d’Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat français a déjà eu plusieurs entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine depuis le lancement de l’offensive russe contre l’Ukraine, le 24 février.

16:25 - Un bombardement russe cause la mort de deux personnes dans le sud-est du pays

À la suite du bombardement de Kramatorsk, située à plus de 500 kilomètres au sud-est de Kiev, par les Russes, au moins deux personnes ont été tuées et de nombreux civils ont été blessés, selon des militaires ukrainiens." Les Russes ont tiré sur des immeubles résidentiels à Kramatorsk. Un certain nombre de maisons de la principale avenue de la ville ont été la cible de tirs ennemis", ont-ils indiqué.

16:12 - Au moins 38 enfants tués depuis le début de la guerre

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, 38 enfants sont morts et 71 enfants ont été blessés, selon la commissaire aux droits de l'homme Lyudmila Denisova. Dans le même temps, selon elle, ces données ne sont pas définitives, car il est actuellement impossible d'établir des informations précises sur le nombre d'habitants tués et blessés de Marioupol, de la région de Donetsk et de la ville d'Irpin dans la région de Kiev.

16:00 - La situation en Ukraine à 16h

Point de situation en Ukraine :

  • La deuxième tentative d’évacuation de la ville portuaire de Marioupol a été "interrompue" ce dimanche en début d’après-midi. Située au sud-est de l’Ukraine, Mairoupol est encerclée depuis plusieurs jours par les forces russes. La population civile devait être évacuée par des bus municipaux jusqu'à la ville de Zaporijia, située au nord-ouest de Marioupol. La veille, un accord de cessez-le-feu avait été conclu entre les forces russes et les autorités de Marioupol pour une évacuation des civils. Un accord qui n'a pas tenu longtemps, le maire de la ville assurant que la Russie continuait de bombarder la ville et ses environs.
  • Des frappes russes ont détruit ce dimanche l'aéroport de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev, a annoncé Volodymyr Zelensky.
  • Le président ukrainien a averti que les forces russes se préparent à bombarder la ville portuaire d'Odessa, au sud-ouest du pays, prédisant un "crime historique".
  • La situation reste "très difficile" à Marioupol, soumise à "un blocus humanitaire" et à d’intenses bombardements, a affirmé Vadym Boïtchenko, le maire de ce port stratégique du sud-est du pays assiégé par les forces russes. "Cela fait cinq jours que nous vivons sans électricité, nous n’avons pas de chauffage ni de réseau mobile", a-t-il indiqué.
  • Les forces armées ukrainiennes "mènent de violents combats" contre les forces russes pour le contrôle des villes de Mykolaïev, dans le sud, et de Tcherniguiv, dans le nord, a indiqué l'état-major ukrainien dans un communiqué, ce dimanche. Une opération militaire ukrainienne est également en cours dans la région de Donetsk.
  • Certains signes indiquent que le commandement de guerre de la Russie se concentre sur le front sud, dans le but de couper l'Ukraine de la mer Noire, selon le haut responsable de la sécurité ukrainienne.
  • Kiev est ciblée par les bombardements alors que le convoi massif de 60 kilomètres de long est en route en direction de la capitale ukrainienne. Les soldats du Kremlin s'éparpillent pour encercler Kiev et semblent se préparer à lancer l'assaut.

Bilan de la guerre en Ukraine :

  • L’armée ukrainienne aurait neutralisé 11 000 combattants russes depuis le début de l’invasion, le 24 février. Ce bilan est à prendre avec un certain recul, le gouvernement et l'armée ayant tout intérêt à annoncer de lourdes pertes dans le camp adverse. Le bilan apparaît toutefois extrêmement gonflé. A titre de comparaison, les Etats-Unis avaient perdu 4500 hommes en huit ans de guerre en Irak, qui avait, pour sa part, annoncé 16 600 pertes militaires.
  • Moscou a livré pour la première fois le bilan des militaires russes tombés au combat face à l'Ukraine, il est fait état de 498 soldats morts en plus de 1 597 blessés au mercredi 2 mars 2022.
  • Il est difficile d'établir un bilan civil précis, le service d'urgence de l'Etat ukrainien annonce 2 000 morts depuis l'invasion du 24 février 2022. L'ONU, fait part dans un rapport en date du 5 mars, d'au moins 351 civils tués dont 22 enfants.
  • Près de 1,37 million de personnes ont fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe il y a dix jours, selon les derniers décomptes de l’ONU samedi. Ce sont près de 160 000 de plus que lors du précédent pointage vendredi.
  • Plus de 66 000 Ukrainiens sont revenus de l'étranger pour se battre pour leur pays, a annoncé le ministre ukrainien de la Défense, Oleskii Reznikov, samedi 5 mars.

Dernières infos majeures

  • Emmanuel Macron s'est de nouveau entretenu avec Vladimir Poutine, ce dimanche, qui a indiqué que l'Ukraine était responsable de la "provocation" autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia touchée par un missile russe.
  • Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé dimanche "très crédibles" des informations faisant état de "crimes de guerre" commis par la Russie en Ukraine, lors d’un entretien sur CNN.
  • Vladimir Poutine a déclaré au président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'un appel téléphonique, que la Russie ne mettrait fin à son opération militaire que si l'Ukraine cessait les combats et que les exigences de Moscou étaient satisfaites, indique le Kremlin.
  • Le président russe a déclaré que les sanctions occidentales étaient "l'équivalent d'une déclaration de guerre", et a averti qu'il considérerait les pays imposant une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine comme des "participants à un conflit militaire".
  • Une troisième réunion de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie se déroulera lundi, a annoncé samedi un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia.
  • Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a regretté vendredi 4 mars la décision "délibérée" de l’Otan de ne pas instaurer de zone d’exclusion aérienne en Ukraine, en pleine invasion russe.

15:47 - Les civils pris au piège à Marioupol

L'inquiétude grandit dimanche pour les civils pris au piège dans les villes assiégées du sud-est de l'Ukraine, Marioupol et Volnovakha. Marioupol est privée d'électricité depuis cinq jours, n'a plus d'eau et les réseaux de téléphonie mobile sont hors service, selon le maire de la ville, qui a ajouté qu'il leur était impossible de récupérer les corps alors que les frappes russes bombardent la ville.

15:32 - L'évacuation de Marioupol "interrompue"

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a annoncé que la deuxième tentative d’évacuation de la ville portuaire de Marioupol a été "interrompue" ce dimanche en début d’après-midi. Située au sud-est de l’Ukraine, Marioupol est encerclée depuis plusieurs jours par les forces russes. "Au milieu de scènes dévastatrices de souffrances humaines à Marioupol, une deuxième tentative aujourd'hui de commencer à évacuer quelque 200.000 personnes de la ville a été interrompue", a indiqué dans un communiqué le CICR.

15:19 - Les forces russes se rapprochent de la centrale nucléaire de Konstantinovka

Cette centrale nucléaire, aussi appelée "centrale nucléaire du sud de l'Ukraine" est située à environ 350 kilomètres au sud de la capitale, Kiev. Les troupes russes ont été signalées à environ 30 kilomètres de Konstantinovka.

15:04 - Une "pression psychologique" est exercée sur le personnel de la centrale nucléaire de Zaporijia

La centrale nucléaire de Zaporijia, au sud du pays, est toujours sous le contrôle de l'armée russe, selon le service de presse de l'Inspection nationale de la réglementation nucléaire de l'Ukraine. "Le personnel d'exploitation de la centrale nucléaire de Zaporijia surveille l'état des unités de puissance et assure leur fonctionnement en toute sécurité conformément aux exigences ", a-t-elle indiqué. "La présence d'équipements militaires et lourds ennemis armés à proximité de la centrale nucléaire crée une pression psychologique à la fois sur le personnel de la centrale nucléaire et sur la population", a-t-elle ajouté.

14:51 - Les Russes souhaitent diviser l'Ukraine en contrôlant le sud du pays

L'objectif principal des forces d'occupation russes qui se déplacent vers le sud, est de priver l'Ukraine de l'accès aux mers Noire et d'Azov pour couper l'acheminement de ressources aux militaires ukrainiens. "L'ennemi n'abandonne pas l'espoir de capturer Kiev et débute l'encerclement du fleuve Dniepr", a souligné le haut responsable de la sécurité ukrainienne.

14:39 - Une ville ukrainienne bombardée à l'ouest du pays

Le maire de Korosten, Vladimir Moskalenko, à l'ouest de Kiev, a indiqué que ce dimanche matin des avions ont pilonné le village avec des bombes larguées sur des bâtiments privés, mais que l'une des bombes n'aurait pas explosé. "Nous avons maintenant relocalisé les gens de ce quartier, et la pyrotechnie travaille pour la neutraliser", a-t-il dit. Selon le maire, si cette bombe avait explosé à proximité d'immeubles résidentiels, il y aurait eu beaucoup de victimes.

14:27 - Un avion russe abattu à la périphérie de la ville d'Odessa

Le président du quartier général opérationnel de l'administration militaire régionale d'Odessa, Serhiy Bratchuk, a confirmé que l'armée ukrainienne avait abattu un autre avion russe au-dessus de la mer Noire. Ces dernirèe heures, le président ukrainien a averti que les forces russes se préparent à bombarder la ville portuaire d'Odessa, au sud-ouest du pays, prédisant un "crime historique".

14:14 - L'aéroport de Vinnytsia touché par un missile russe

Les forces russes ont tiré un missile sur l'aéroport près de la ville de Vinnytsia, située à près de 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev. "Je viens d’être informé de frappes de missiles contre Vinnytsia", une ville qui compte près de 370 000 habitants, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "L’aéroport a été complètement détruit", a-t-il ajouté.

13:49 - À Irpin, les forces ukrainiennes font sauter les ponts pour freinier l'avancée de l'armée russe

La ville d'Irpin, située à 20 km au nord-ouest de Kiev, s'est retrouvée ces derniers jours sur la ligne de front entre les forces russes et ukrainiennes. Elle se trouve à proximité de l'aérodrome stratégique de Hostomel, et de la tête de l'énorme convoi russe rassemblé près de la capitale. Les bâtiments résidentiels et les routes ont été fortement endommagés par l'artillerie et les frappes aériennes. Les forces ukrainiennes ont également fait sauter des ponts pour freiner l'avancée russe. Selon l'agence de presse Reuters, les trains constituent la principale voie d'évacuation, mais la ville est constamment bombardée. Des responsables ukrainiens ont déclaré samedi que les troupes russes avaient fait exploser une partie de la voie ferrée le long de l'itinéraire d'évacuation d'Irpin.

13:35 - Deux villes proches de Kiev sous pavillon russe

Des bombardements intensifs ont eu lieu à l'ouest et au nord-ouest de Kiev dimanche matin. Le bruit des explosions a été entendu par des journalistes sur place. Deux obus de mortier ont touché un poste de contrôle permettant aux civils de traverser vers Kiev depuis la banlieue d'Irpin. Situées tout près de Kiev, Hostomel et Bucha sont sous contrôle russe depuis la veille. 

13:22 - Vers une transformation de l'invasion russe en guérilla ukrainienne ?

La résistance ukrainienne dans les zones conquises par la Russie à travers les manifestations civiles pourrait aboutir à la création de "résistants" et transformer le conflit en guérilla. Ainsi, "la campagne de conquête peut se terminer sans que la campagne d’usure ukrainienne le soit", affirme Michel Goya, ancien colonel des troupes de marine et historien militaire. "Les Russes devraient donc entrer dans une campagne d’usure contre cette guérilla", ajoute-t-il sur Twitter.

13:08 - Les forces russes se concentrent sur l'encerclement de Kiev

Selon Michel Goya, ancien colonel des troupes de marine et historien militaire, la situation générale du conflit entre l'Ukraine et la Russie évolue peu, ce dimanche. Les forces russes semblent absorbées dans l’encerclement de Kiev et les sièges de Kharkiv et Marioupol. De premières reconnaissances militaires des troupes russes ont été effectuées près de Dnipro au sud de Kiev.

12:54 - Un bombardement russe imminent sur Odessa

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky a averti son pays que les forces d’invasion russes se préparent à bombarder la ville d’Odessa, dans le sud-ouest du pays. Situé le long de la mer Noire, Odessa est la quatrième ville d’Ukraine avec plus d'un million d'habitant.

12:40 - Des civils voulant fuir Irpin tués par un obus

Un point de passage pour l'évacuation des civils qui tentent de fuir de la ville d'Irpin, à l'ouest de Kiev, a été bombardé dimanche matin. Selon plusieurs médias sur place, un obus d'artillerie est tombé alors qu'un flux de civils traversait le poste de contrôle. Au moins trois civils auraient été tués.

12:28 - Dans le sud de l'Ukraine, l'armée tente de repousser les Russes

Une opération de défense est en cours dans la région de Donetsk au sud-est de l'Ukraine, a déclaré dimanche l'état-major général des forces armées du pays. "Les principaux efforts se concentrent sur la défense de la ville de Marioupol", a indiqué l'armée ukrainienne. Les forces armées ukrainiennes ont également "arrêté les colonnes ennemies qui tentaient d'avancer vers la région de Dnipropetrovsk depuis Balakliya", selon le communiqué.  

LIRE PLUS
En savoir plus

Actualités sur la guerre en Ukraine

Les Russes contrôlent-ils la centrale nucléaire de Zaporijia ?

Dans la nuit du jeudi 3 mars 2022, les Russes ont lancé une frappe aérienne sur la centrale nucléaire de la région de Zaporijia, la plus grande d'Europe. Cette offensive a déclenché un incendie  et a fait craindre le pire au gouvernement ukrainien et à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Selon les informations relayées par le régulateur nucléaire ukrainien, le tir n'a touché que la partie administrative du complexe nucléaire et les six réacteurs sont indemnes. Le risque de l'explosion nucléaire écarté, l'AIEA s'est rapidement exprimée dans la matinée du vendredi 4 mars pour assurer qu'aucune fuite radioactive n'est signalée depuis le bombardement. Les pompiers, eux, sont parvenus à maitriser l'incendie. En attaquant la centrale, l'armée russe a atteint l'objectif de prendre possession du point stratégique de la région de Zaporijia, les troupes contrôlent entièrement les bâtiments administratifs et l'entrée du complexe et ils semblent également être en position de force au niveau du coeur nucléaire de la centrale. L'Ukraine rassure toutefois et explique que "le personnel opérationnel contrôle les blocs énergétiques et assure leur exploitation en accord avec les exigences des règlements techniques de sécurité d'exploitation". Les risques les plus graves ont été évités mais des précautions sont tout de même prises sur place au cas où une augmentation du taux de radioactivité soit repérée prochainement.  "Les médecins nous conseillent déjà de prendre des doses d'iode en prévention", a notamment indiqué Nadiya Goltvyanytsa, la directrice de l'Alliance française à Zaporijjia, auprès de BFMTV ce 4 mars 2022.

Après l'offensive nocturne, l'AIEA a immédiatement appelé "à cesser l'usage de la force et avertit d'un grave danger si les réacteurs sont touchés". L'organisme mondial met en garde contre les risques de l'explosion de la centrale de Zaporijia. Le gouvernement ukrainien a lui aussi réagi et si le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kuleba, avance sur Twitter que si la centrale nucléaire est touchée "ce sera 10 fois pire que Tchernobyl", le président Volodymyr Zelensky accuse son homologue russe de recourir à "la terreur nucléaire".

Faut-il craindre une bataille à Kiev ?

Vladimir Poutine cherche à conquérir la capitale ukrainienne, mais son opération militaire massive a été retardée par les résistance des Ukrainiens. Kiev est encerclé par les troupes russes depuis le 1er mars et un convoi long de 60 kilomètres posté au nord-est de la ville s'est remis en route ce vendredi 4 mars après être resté trois jours à l'arrêt. La reprise de la progression russe suggère une attaque imminente mais l'Ukraine a eu le temps de préparer sa défense d'autant plus que de nombreux civils prennent les armes pour s'opposer et tenir l'envahisseur à l'extérieur de ses lignes. Si elle résiste encore aux assauts terrestres, Kiev est frappé depuis plusieurs jours par des bombardements à répétition. La nuit de jeudi à vendredi a été épargnée par les attaques malgré les chants des sirènes plusieurs fois activés, une situation qui fait craindre le calme avant la tempête. Les habitants ont trouvé refuge dans les stations de métro laissées ouvertes 24 heures sur 24 et la gare centrale de Kiev s'est transformée en centre humanitaire. Une bataille à Kiev pourrait être le point culminant de cette guerre entre la Russie et l'Ukraine.

Pourquoi la Russie a-t-elle déclaré la guerre à l'Ukraine ?

Après des semaines de poker menteur et une escalade non déclarée officiellement ces derniers jours, la Russie a donc annoncé entrer en guerre avec l’Ukraine, jeudi 24 février 2022. Dans un discours télévisé publié tôt dans la journée de jeudi, Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire spéciale" pour "protéger les personnes qui ont été victimes d'intimidation pendant huit ans par le régime de Kiev". La décision du président russe intervient après la reconnaissance par ce dernier de l’indépendance des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk, territoires établis en Ukraine, mais dirigés par des séparatistes pro-russes depuis 2014. Des "traités d'amitié et d'entraide" avaient été signés le 22 février entre la Russie et ces territoires de l'est du pays, ouvrant la voie à une intervention militaire de la Russie, sur laquelle s’est donc engagé Vladimir Poutine.

Où se trouvent les Russes en Ukraine ? La guerre en cartes

Si depuis plusieurs années, les tensions sont vives dans les régions séparatistes de l’Ukraine, là où le conflit s’est envenimé les jours précédant l’invasion russe du 24 février, la guerre a finalement été déclarée dans tout le pays. Bien que la Russie ne soit frontalière qu’à l’est de l’Ukraine, ce sont toutes les principales villes du pays, partout sur le territoire, qui sont sous les bombardements et les raids armés. A commencer par la capitale Kiev, et ses alentours, assaillis par les forces russes. Pourtant située à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière russe, la première ville du pays n’est qu’à 150km, par la route, de la Biélorussie, un pays ami de la Russie par lequel les forces de Vladimir Poutine ont pénétré en Ukraine.

Le sud de l'Ukraine et les bords de la mer Noire sont les scènes de vives combats entre Russes et Ukrainiens. L'armée soviétique a eu raison des villes de Kherson et de Berdiansk, elle est en position de force sur tout le littoral jusqu'à Odessa, à l'ouest, où un assaut par la marine russe se prépare. Au sud-est, Marioupol est la dernière ville à résister et à faire obstacle à la jonction entre les territoires conquis du Donbass et la progression russe au sud du pays. Au Nord et à l'est les soldats du Kremlin avancent et frappent sur Tchernihiv et Kharkiv en plus de Donetsk et Lougansk, qui concentrent les tensions depuis huit ans et le début de la guerre au Donbass. L’ouest de l'Ukraine est épargné malgré des attaques et bombardements isolés près de la Pologne, à Lutsk, Lviv ou encore Ivano-Frankivsk.